Mestre Beija-Flor

Mestre Beija-Flor

Gilberto Quini est né à Ribeirão Preto, état de São Paulo, Brésil, le 22 septembre 1959.

En 1972, il s’installa avec sa mère à São Vicente, près de Santos, le grand port de São Paulo, où il connut la capoeira dans l’académie Senzala dirigée par Maître Sombra. Il fut surnommé Beija-Flor (colibri) à cause de son étonnant jeu acrobatique. Après quelques années d’apprentissage, il reçut le niveau de formado en 1980. Il aida à l’enseignement dans l’académie Senzala avant de créer sa propre académie. En 1987, il eut l’occasion de voyager en Europe avec une compagnie de spectacles. Il décida de s’installer à Paris, ce qu’il fit l’année suivante, fondant l’Association de Capoeira Paname. Il reçut le cordon de maître de capoeira, premier niveau, de la Fédération Pauliste de capoeira, en 1988, et celui de maître de capoeira, par la Confédération Brésilienne de Capoeira, en 1992.

Mestre Beija-Flor a enregistré chez Musiques du Monde deux disques de musiques de capoeira, dont le premier a gagné le Diapason d’Or.

Disponibles sur amazon par exemple :

Senzala de Santos sur amazon

Mestre Beija-Flor a fait beaucoup pour le développement de la capoeira en France et plus généralement en Europe, il a formé en France la plupart des professeurs des associations affiliées a Senzala de Santos et baptise les élèves notamment ceux de Zumbi capoeira.

Quelques paroles du Mestre reprise par Fabienne Gambrelle (élève de Mestre Beija-Flor)  :

Un soir avant la ronde, Beija-Flôr dit à ses élèves : « Quand je serai mort, le plus grand hommage que vous pourrez me rendre, le plus grand plaisir que vous pourrez me faire, sera de continuer à jouer la capoeira, à apprendre à d’autres ce que vous avez appris avec moi. » Ce jour-là, Beija-Flôr nous rappelait une dimension fondamentale de la capoeira : la transmission. Issue d’une culture orale et interdite, la capoeira a survécu en préservant une partie de la mémoire afro-brésilienne, celle de l’esclavage. Apprise en secret dans les senzalas, elle s’est perpétuée comme un rite d’une génération à l’autre. La pédagogie lui était inhérente puisqu’elle était la condition de sa survie. Aujourd’hui, l’apprentissage de la capoeira obéit toujours à cette volonté de conservation et de transmission non plus seulement d’une identité – celle de l’esclave – mais de sa mémoire.

« Ce n’est pas dans la rue que j’ai appris la capoeira », dit Beija-Flôr. « C’est pourtant là que j’ai commencé à faire quelques mouvements, sans en comprendre le sens, seulement pour mieux me bagarrer, pour devenir plus fort. » Sa première vraie leçon, Beija-Flôr la prend dans l’académie de Mestre Sombra, où le conduit son frère aîné, à l’âge de treize ans. « Après l’échauffement, un élève du mestre qui s’occupait des débutants m’a fait faire la ginga pendant deux heures, seulement la ginga, le pas de base. » Vêtu du costume des débutants, un court pantalon noir, Beija-Flôr se rend quatre fois par semaine à l’académie.

Les années passent et un beau jour, au début du cours, mestre Sombra lui demande de diriger l’échauffement. « C’est au mestre de repérer parmi ses élèves avancés, ceux qui veulent aller plus loin et désirent enseigner. C’est ainsi qu’un jour, mestre Sombra m’a désigné et que je me suis retrouvé face à quatre-vingt élèves, tous des potes, des copains, souvent plus âgés que moi. Je me demandais comment ils allaient réagir mais tout s’est bien passé. Immédiatement, j’ai pris ma nouvelle place et dès lors, j’assurais l’échauffement une fois par semaine. Déjà, je m’occupais des débutants, durant les cours, en leur apprenant des séquences que mestre Sombra m’indiquait. »

Bientôt, Beija-Flôr enseigne à son tour. Il donne désormais le cours dans sa totalité, depuis l’échauffement jusqu’au moment de la ronde, que vient diriger le mestre. Il continue à travailler pendant plusieurs années pour devenir professeur, contra-mestre puis mestre à son tour. « Pour devenir mestre, il faut avoir acquis la sagesse en plus de la maîtrise des techniques du jeu. C’est pour cette raison que l’apprentissage est très long. » Le temps joue ici un rôle fondamental. Seul, il assure la connaissance en profondeur de cette pratique complexe, à la fois musicale, physique et spirituelle. Sur le modèle de la transmission de la culture africaine, où les anciens apprennent ce qu’ils savent aux plus jeunes, la capoeira perpétue un modèle de transmission ancestral.

« Le mestre, ce n’est pas celui qui joue de la façon la plus spectaculaire dans la ronde, c’est le gardien de la mémoire de la capoeira. Aujourd’hui, il assure, en plus un rôle d’éducateur auprès des enfants des rues qui trouvent dans l’académie de capoeira une école, une solidarité et une culture qui peuvent changer le cours de leur vie, comme ce fut le cas pour moi »,

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :